Les Carrés Magiques
Histoire, théorie et technique du carré magique, de l'Antiquité aux recherches actuelles
CONSTRUCTION DES CARRES MAGIQUES


 Main MENU     Construction   Carrés associés   Constante linéaire   Biographies     Courrier   Guest 
 Liens   Livre   Carré de Durer   Oeuvres d´Art   Jeux de grille   Doc/Objets   Etudes/Logiciels 

 Généralités   Bachet de Méziriac    François Spinula   De La Hire   Cavalier d'Euler   Benjamin Franklin   Ralph Strachey   Quartiers   Pointages   Carrés latins orthogonaux   Carrés latins et eulériens   El Bouni   Autres Méthodes 

Construction des Carres Magiques : La Méthode de Bachet de Méziriac. Ordre n impair.

Claude Gaspard Bachet de Méziriac (1581-1638), dans ses " Problèmes plaisants et délectables qui se font par les nombres " (1612), restés célèbres, donne une méthode simple pour la construction des carrés magiques d’ordre impair. Cette méthode est très connue.

Soit l’exemple d’un carré magique d’ordre n = 5.

1
6
 
2
11
 
7
 
3
11
24
7
20
3
16
 
12
 
8
 
4
4
12
25
8
16
21
 
17
 
13
 
9
 
5
17
5
13
21
9
22
 
18
 
14
 
10
10
18
1
14
22
23
 
19
 
15
23
6
19
2
15
24
 
20
25
M5 = 65

On écrit les n2 = 25 premiers entiers dans la grille crénelée ci-dessus, dans les cases en diagonales à 45°.

Et l’on transfert les éléments qui se trouvent hors de la grille centrale carrés de 5 x 5, à leur antipode. On obtient le carré magique ci-dessus, de constante magique M5 = 65.

Il y a huit façons de placer les n2 premiers entiers dans la grille crénelée correspondant à l’ordre n. On obtient huit formes du carré magique, qui se déduisent toutes les unes des autres par rotation ou symétrie.

Bien sûr cette méthode s’applique au carré d’ordre n = 3 : les 8 façons de placer les chiffres de 1 à 9 dans la grille crénelée, donnent les 8 formes du Lo Shu.

 

11
24
7
20
3
22
17
16
41
10
35
4
4
12
25
8
16
5
23
48
17
42
11
29
17
5
13
21
9
30
6
24
49
18
36
12
10
18
1
14
22
13
31
7
25
43
19
37
23
6
19
2
15
38
14
32
1
26
44
20
21
39
8
33
2
27
45
46
15
40
9
34
3
28
 M7 = 175

 

Reprenons la grille précédente (ci-dessus à gauche). On constate aisément dans la suite des entiers consécutifs à partir de l’unité, un cheminement régulier : un pas vers le bas, un pas à droite (1,1). Lorsque l’on aboutit à une case déjà occupée, on saute une case vers le bas (2,0): 1, 2, 3, 4, 5 et 6. Le point de départ est situé au-dessous de la case centrale.

Application pour n = 7. Constante magique M7 = 175. (Grille ci-dessus à droite)

On peut appliquer cette méthode avec un point de départ quelconque : on obtient alors un carré semi-magique. Le point de départ fixé au-dessous de la case centrale conduit toujours à un carré magique.

On peut concevoir 8 cheminements analogues, mutatis mutandis, à partir des 4 cases adjacentes à la cases centrale, donnant les 8 formes du carré magique en cause .

 

En s’inspirant de Bachet de Méziriac, le Professeur Labosne, dans la nouvelle édition des " Problèmes plaisants… ", présente une méthode pour construire des carrés magiques ou semi-magiques, en progression non régulière d’ordre impair.

Soit l’exemple ci-dessous d’un carré d’ordre n = 7.

2
16
 
5
30
 
19
 
7
44
 
33
 
21
 
10
44
95
33
83
21
73
10
58
 
47
 
35
 
24
 
11
11
47
97
35
87
24
58
72
 
61
 
49
 
38
 
25
 
13
61
13
49
101
38
72
25
86
 
75
 
63
 
52
 
39
 
27
 
17
27
63
17
52
86
39
75
89
 
77
 
66
 
53
 
41
 
31
77
31
66
2
53
89
41
91
 
80
 
67
 
55
 
45
45
80
16
67
5
55
91
94
 
81
 
69
 
59
94
30
81
19
69
7
59
95
 
83
 
73
97
 
87
101
M'7 = 359

On inscrit n nombres quelconques, les " nombres de base ", dans un ordre quelconque, dans les n cases à 45° de la grille crénelée, par exemple la série 2, 5, 7, 10, 11, 13, 17.

On complète les alignements perpendiculaires correspondants, par les termes d’une progression arithmétique de raison r = kn , soit ici, avec k = 2, r = 2 n = 2 x 7 = 14. On effectue les translations de la méthode de Bachet de Méziriac.

La constante magique des lignes et des colonnes est obtenue dans cet exemple sur une seule diagonale : M’7 = 359. On a donc affaire à un carré semi-magique.

Le nombre de permutations de la série des n " nombres de base ", est n ! = 7 ! = 5.040, qui donne autant de solutions différentes, sans compter les 8 façons de placer la série choisie des " nombres de base " dans la grille crénelée.

Comme le choix des " nombres de base " est illimité, cette méthode peut don être considérée comme très prolifique, donnant des carrés magiques ou semi-magiques.

Pour n = 5, on essaiera par exemple la série : 2, 5, 7, 10 11 (c’est l’exemple donné par Labosne); on obtient bien un carré magique, de constante magique M'5 = 135 ( pour n = 5, on a 5 ! = 120)

Nota.

La méthode de Labosne-Méziriac est à l’origine d’une méthode de construction des carrés magiques d’ordre impair, en progression non régulière, n termes arbitraires étant placés dans la grille suivant un positionnement spécifique.