Les Carrés Magiques
Histoire, théorie et technique du carré magique, de l'Antiquité aux recherches actuelles
CONSTRUCTION DES CARRES MAGIQUES


 Main MENU     Construction   Carrés associés   Constante linéaire   Biographies     Courrier   Guest 
 Liens   Livre   Carré de Durer   Oeuvres d´Art   Jeux de grille   Doc/Objets   Etudes/Logiciels 

 Généralités   Bachet de Méziriac    François Spinula   De La Hire   Cavalier d'Euler   Benjamin Franklin   Ralph Strachey   Quartiers   Pointages   Carrés latins orthogonaux   Carrés latins et eulériens   El Bouni   Autres Méthodes 

Construction des carrés magiques. La Méthode de El-Bouni.

El-Bouni, qui décrit cette méthode de construction des carrés magiques à enceinte(s) d’ordre impair, est originaire de Bône (Algérie) ; il est mort en 1225. On peut situer l’ouvrage dans lequel il traite des carrés magiques, au début du XIIIème siècle. D’après le traducteur/commentateur de El-Bouni, l’origine persane de cette méthode transparaît dans le texte arabe. El-Bouni, cabaliste très connu à son époque, ne semble pas être l’inventeur de ladite méthode, dont l’ancienneté ne fait cependant aucun doute. Cette méthode est exposée par Carra de Vaux, "Une solution arabe du problème des carrés magiques" Revue d'histoire des sciences,1947,pp 206-242.

Soit l’exemple d’un carré d’ordre n = 5 .On procède de l’intérieur vers l’extérieur.

2

7

6

2

23

14

9

5

1

25

13

1

4

3

8

12

3

24

Soit " n’ " l’ordre de l’enceinte ; dans notre exemple, on a n’ = 5

Aux termes de la diagonale composée des chiffres médians (4,5,6) de la suite naturelle des entiers de 1 à 9, on ajoute la demi différence des carrés de n’ et n :

D/2 = ½ (n’2 – n2)

Dans notre exemple, avec n’ = 5 et n = 3, on aura :

D/2 = ½(n’2 – n2) = ½ (52 –32 )= 8

On remarque que les nombres obtenus sont des nombres consécutifs.

Aux autres chiffres, supérieurs au médian (5), c’est-à-dire à 7, 8 et 9, on ajoute la différence des carrés mentionnés ci-dessus :

D = n’2 – n2

Dans notre exemple, on aura : D = n’2 – n2 = 52 – 32 = 16

A noter que les trois premiers chiffres inférieurs au médian, restent à leur place définitive.

7

18

9

16

15

7

18

9

16

15

22
 

4

22

2

23

14

4

5

21

5

25

13

1

21

20

6

20

12

3

24

6

11

8

17

10

19

11

8

17

10

19

On complète la seconde diagonale de manière à former une suite de nombres consécutifs : on place 11 et 15 dans les cases libres aux extrémités.

On place la suite 4, 5 et 6 dans les colonnes, en zig-zag horizontalement, au départ de la case située au-dessous du 15.

Puis on place la suite suivante, 7, 8, 9, 10 en zig-zag verticalement, au départ de la première case de la première ligne.

On complète enfin les cases opposées vis-à-vis par leurs complémentaires à n’2 +1 = 52+1 = 26.

La grille est alors complètement remplie. Constantes magiques M5 = 65 ; M’3 = 39.

Voici deux autres exemples, construits avec la même méthode :

29

52

31

50

33

48

35

46

45

60

16

65

18

63

20

61

44

22

16

33

18

31

20

29

28

23

71

7

74

9

72

43

11

59

39

7

42

9

40

27

11

58

12

78

2

79

42

4

70

24

12

46

2

47

26

4

38

25

69

5

81

41

1

77

13

57

37

5

49

25

1

45

13

56

14

76

40

1

80

6

68

26

14

44

24

3

48

6

36

27

67

39

8

73

10

75

15

55

35

23

8

41

10

43

15

54

38

17

64

19

62

21

66

28

22

17

32

19

30

21

34

37

30

51

32

49

34

47

36

53
 M7 = 175 ; M’5 = 125 ; M’3 = 75  M9 = 369 ;M’7 = 287 ; M’5 = 205 ; M’3 = 123