Les Carrés Magiques
Histoire, théorie et technique du carré magique,
de l'Antiquité aux recherches actuelles
OEUVRES D'ART ASSOCIEES AUX CARRES MAGIQUES


Josef Albers  Agnès Audras  Albert Ayme  Maggie Barnes  Yolande Bastoni  Hélios Sabaté Beriain  Max Bill  Jesse Bransford  Hannes Bürgel  Sandrine Caroline-Raigue  Jean-Louis Carricondo   Caza  Salvador Dalí  Josiane Debris  René Descombes  Theo Van Doesburg  Albrecht Dürer  Bruno Ernst  Ronald Fischer  Monique Frydman  Philippe Gaspard  Gerard Louis Gautier  Camille Graeser  Esther Guenassia  Danièle Holder-Bianchetti  Gottfried Honegger  Alfred Jensen   Kalthoum  Wassily Kandinsky  Paul Klee  Eric L'Anthoën-Baslé  Richard Paul Lohse  Musée d'art contemporain de Lyon  Kazimir Malevitch  Gilbert Mazliah  David McKee  Piet Mondrian  François Morellet  Frank Morzuch  Jean François Motte  Paul Nash  Aurelie Nemours  Stéphane Pontié  Jean-Michel Raczinski  Pedro Cabrita Reis  Pascale Renaud  Gerhard Richter  Bridget Riley  Mark Rothko  Sean Scully  Ivan Sizonenko  Frank Stella  Georges Vantongerloo  Victor Vasarely  Clay Wagstaff 

Mark Rothko (1903-1970), - Rothkovich de son vrai nom - naquit à Dvinsk, en Russie (aujourd'hui Daugavpils, Lettonie), et émigra aux États-Unis en 1913. Dans les années 1940, son intérêt pour le surréalisme fit place à une démarche plus personnelle s'inspirant de la religion primitive, comme en témoigne, par exemple, Baptismal Scene (1945, Whitney Museum of American Art, New York). Ses œuvres devinrent progressivement plus abstraites, se composant de larges aplats rectangulaires de couleur, aux contours imprécis. Avec Clyfford Still et Ad Reinhardt, il devint l'un des artistes les plus représentatifs de la colored field abstraction, dont le caractère expressionniste s'opposait, après les années 1945, à l'action painting américaine. Parmi les meilleurs exemples de son travail, on peut citer Number 10 (1950, Museum of Modern Art, New York) et Four Darks in Red (1958, Whitney Museum of American Art). Dans les années 1960, la palette de Rothko commença à se modifier, d'abord au profit de bruns chauds et de rouges profonds puis, à partir de 1968, en faveur du noir et du gris. Sans doute, l'adoption de ces couleurs correspond-elle aux propres limites ressenties par le peintre, qui mit fin à sa carrière en se suicidant, en 1970.


Violet-Vert-Rouge, 1951

Blanc et rouge sur jaune,1958

Bleu, jaune et vert, 1954

http://www.moreeuw.com/histoire-art/mark-rothko.htm
http://www.encyclopedia.com/html/r/rothko-m1.asp

Note : Ce site est NON commercial : Toutes images dans cette page sont probablement déposées - Je les ai recueillis de diverses sources, pour mon seul plaisir personnel.    This site is NON commercial : All images in this page are probably copyrighted - I collected them from various sources, for my personal enjoyment.